Pour devenir courtier d’assurances, il faut disposer d’une expérience professionnelle, d’un livret de stage professionnel ou d’un diplôme. Avec l’un de ces trois sésames, une profession qui recrute, passionnante et rémunératrice s’offre à vous

Le courtier en assurances est un commerçant indépendant. Il peut créer son cabinet. Il a aussi la possibilité de racheter un portefeuille de courtage. Son travail consistera à conseiller des clients et leur vendre des produits d’assurances adaptés à leurs besoins et exigences. Les salariés de la branche du courtage d’assurances peuvent exercer l’activité de courtage ou des activités “support” (marketing, comptabilité, actuariat…). En France, ils sont quelque 39 000 (dernier chiffre datant de 2012) pour 3 900 sociétés majoritairement des très petites, des petites et des  entreprises moyennes. Le futur courtier ou, dès lors qu’il sagit d’exercer l’activité de courtage, le futur salarié devra présenter diplôme, livret de stage professionnel ou expérience pour justifier de sa capacité professionnelle. “Les exigences liées au diplôme, à la durée du stage professionnel ou de l’expérience varient en fonction du niveau de responsabilité des personnes qui exercent l’activité, explique Emilie Amisse, Responsable des affaires sociales et de la formation professionnelle de la Chambre Syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) représentant (1000 adhérents) la profession. Il existe en effet trois niveaux de capacité professionnelle selon que l’on dirige, que l’on travaille en-dehors du siège social ou au siège. Le système est complexe mais la règle est simple : plus on a de responsabilité, plus les niveaux d’études ou d’expériences exigés pour y travailler sont importants”.

Master 2, licence de la nomenclature 313

Ainsi, les gérants de structure et les responsables salariés exerçant une fonction de responsabilité ou d’encadrement d’un service de production doivent justifier de leur capacité professionnelle et être titulaire soit d’un Master 2, d’une licence de la nomenclature 313 de l’assurance/banque/immobilier/finance ou d’un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) de la branche professionnelle. Soit d’une expérience professionnelle d’au moins 2 ans comme cadre et d’au moins 4 ans comme non-cadre. Ou soit suivre un stage professionnel d’au moins 150 heures dans une société d’assurance, un agent général, un établissement de crédit ou un courtier d’assurances. Les gérants doivent aussi souscrire une responsabilité civile professionnelle et une garantie financière s’il encaisse des fonds. Une autre obligation est de justifier d’une honorabilité vérifiée par l’analyse du casier judiciaire.

Vous lancez votre entreprise ? Découvrez le logiciel de gestion le plus simple !
Si des dinosaures de la facturation ont montré le chemin, c’est la souplesse, la flexibilité, la légèreté et la sécurité de Neofacture et des logiciels en ligne qui répondent le mieux aux besoins et à la mobilité des entrepreneurs d’aujourd’hui.

Pour les salariés n’exerçant pas de responsabilité d’encadrement ou de gestion mais travaillant en-dehors du siège, la barrière à l’entrée est moindre. Ce peut être un seul stage professionnel d’une “durée raisonnable et suffisante” ou un an d’expérience comme cadre et deux ans comme non-cadre ou d’un cursus de niveau 3 (Bac +2) du champ 313. Pour ceux travaillant au siège, les exigences sont encore moins importantes.

“Soit à dominante technique, soit à tendance commerciale”

“Notre métier est composé de deux grandes fonctions, poursuit Julien Vignoli, directeur général délégué du cabinet de courtage Gras Savoye (3700 salariés dont 1900 en France). Il est soit à dominante technique, soit à tendance commerciale. Pour la technique, nous recherchons plutôt des profils à dominante juridique ou des ingénieurs. Pour les seconds, les commerciaux, nous recherchons des spécialistes de la relation client de type école de commerce. Le courtier doit conquérir la confiance de ses clients. La bonne alchimie d’un bon cabinet de courtage sera alors de disposer de bonnes équipes commerciales en relation client épaulées par des bons techniciens multispécialistes”. Ensuite, le courtage s’occupe de tellement de types d’assurance que quasi tous les spécialistes sont les bienvenus. Pour progresser dans la carrière, le jeune courtier devra débuter dans une équipe de production. Ensuite, la voie royale sera d’encadrer des équipes de plus en plus importantes. Mais l’excellent commercial, solitaire ou le technicien pointu a aussi une carte à jouer au niveau salarial. Dans le courtage, on peut être très haut placé sans détenir une fonction managériale.

Source: emploi-pro

Facturer en tant qu’auto entrepreneur ou micro entrepreneur ? Rien de plus simple avec Neofacture.Facture auto entrepreneur micro entrepreneur

Pour bien suivre votre activité et surtout réaliser votre facturation dans les meilleures conditions, Neofacture vous propose un service en ligne simple et efficace, il existe une formule à partir 7 € ttc par mois… Testez gratuitement Neofacture !

libero. velit, vulputate, leo. accumsan venenatis, felis Curabitur nunc