Comme toute société, les entrepreneurs du BTP sont contraints de tenir une comptabilité. Celle-ci doit respecter scrupuleusement les obligations comptables, ainsi que les spécificités du secteur. En effet, la comptabilité du secteur du bâtiment comporte des techniques de comptabilisation bien précises et un plan comptable bâtiment qui diffère légèrement du plan comptable général. Facturation à l’avance, acomptes, comptes prorata, double taux de TVA… la comptabilité d’une entreprise du BTP peut vite devenir très complexe. 

Alors, quelles sont les spécificités de la comptabilité des entreprises du bâtiment ? Qui peut la tenir au sein d’une entreprise ? Quelles sont les obligations légales des dirigeants ? Faisons le point dans cet article. 

Qui peut tenir la comptabilité d’une entreprise BTP ? 

C’est le dirigeant qui a la responsabilité de tenir la comptabilité de sa société. Il peut bien sûr être aidé d’un expert-comptable, inscrit au tableau de l’ordre, ou d’un cabinet comptable.

Le dirigeant pourra alors choisir de déléguer tout ou une partie de la gestion de sa comptabilité. En confiant la totalité de sa comptabilité à l’expert-comptable, le chef d’entreprise le charge de la saisie comptable et de l’établissement des comptes annuels.

Si, au contraire, il ne décide de lui confier qu’une partie de cette comptabilité, l’expert-comptable sera chargé d’effectuer une révision des comptes (la saisie comptable sera réalisée en interne, par le chef d’entreprise en personne) et d’établir les comptes annuels.

En choisissant de faire appel à un expert-comptable, l’entreprise bénéficie d’autres services. En effet, ce professionnel de la comptabilité peut également effectuer d’autres missions annexes de nature fiscale ou juridique, comme par exemple :

  • la rédaction de contrats de travail
  • l’établissement des fiches de paie
  • la déclaration fiscale, et bien d’autres.

Toutes ces fonctions seront bien entendu rédigées dans une lettre de mission qui sera signée par chacune des deux parties. 

Les spécificités comptables du bâtiment

La comptabilité d’une entreprise BTP comporte des spécificités en termes de plan comptable et de techniques de comptabilisation. 

Le compte prorata 

La comptabilisation du compte prorata est une spécificité du secteur du bâtiment. Il fait référence au partage d’un seul et même chantier entre plusieurs entreprises.

Donc, à partir du moment où un chantier est géré par plusieurs intervenants, un compte prorata est créé. Il va ainsi permettre de lister les dépenses communes sur le chantier en question, avec notamment : 

  • l’entretien des lieux ; 
  • les charges (en eau et en électricité) ; 
  • le branchement de gaz ; 
  • la mise en sécurité du lieu ; 
  • etc. 

Il faudra donc bien veiller à répertorier l’ensemble des charges et des acomptes reçus, et comptabiliser la TVA. Et tout cela, au prorata de la participation de la société ! 

Les acomptes sur travaux et les situations intermédiaires

Les entreprises du BTP ont souvent recours à des situations de travaux, qui donnent lieu à des acomptes côté client. La vigilance en comptabilité du bâtiment s’impose donc, car un acompte n’est pas une facture à proprement parler, et demandent donc un suivi spécifique. 

La facturation à l’avancement des travaux

Il s’agit de l’une des deux méthodes de comptabilisation des travaux longue durée. Elle consiste à comptabiliser le CA au fur et à mesure de l’avancée du chantier, à la clôture de chaque exercice en question. 

Le double taux de TVA

Une autre spécificité, et non des moindres, de la comptabilité du BTP : la TVA. Les entreprises du bâtiment peuvent émettre des factures avec des taux de TVA différents : 5,5 %, 10 % ou 20 %. Cela signifie qu’une seule et même facture peut donc faire figurer les trois taux.

La TVA autoliquidée

Cette mesure s’applique quand l’entreprise réalise des travaux de sous-traitance. Dans ce cas, seul le montant HT sera affiché sur la facture.

Les retenues de garantie

La retenue de garantie désigne un montant (généralement égal à 5 % de la facture globale) qui peut être demandé par un client. Cette retenue sera ensuite reversée à l’entreprise au bout d’un an, si aucune malfaçon n’a été constatée sur le chantier.

Cette spécificité propre au secteur du bâtiment engendre bien évidemment des écritures bien précises en termes de comptabilité. 

Les obligations comptables des entreprises du bâtiment 

Les obligations générales

Les sociétés du bâtiment qui comportent moins de 10 salariés sont qualifiées d’activités artisanales. Si elles effectuent également des achats/reventes de marchandises, elles sont également qualifiées d’activités commerciales. Si elles comptent plus de 10 salariés, il s’agira alors d’activités commerciales. Mais, quelle que soit la forme desdites entreprises, les obligations comptables doivent s’appliquer. 

Les activités commerciales peuvent prendre la forme d’EURL, SASU, SA, SNC, SARL ou encore SAS. Toutes ces structures ont pour obligation de : 

  • comptabiliser chronologiquement tous les mouvements. Elles devront donc enregistrer toutes les créances et les dettes, et faire figurer sur chaque document comptable l’origine, le contenu, l’imputation de chaque donnée et la référence de la pièce justificative concernant l’enregistrement ; 
  • faire des factures en faisant figurer toutes les mentions obligatoires ;
  • réaliser un inventaire annuel ; 
  • à la fin de chaque exercice, effectuer les comptes annuels, à savoir le bilan, le compte de résultat et les annexes ;
  • détenir un compte bancaire dédié ; 
  • conserver chaque pièce comptable durant 10 ans au moins. Cela concerne les factures, le livre journal (qui consiste en un enregistrement chronologique des achats, des ventes, des quittances… bref, de tous les mouvements affectant le patrimoine de l’entreprise), le grand livre (qui rassemble toutes les écritures du livre journal ainsi que tous les comptes, ventilés selon le plan comptable), etc. ; 
  • déposer ses comptes annuels, chaque année, au greffe du tribunal de commerce de son secteur géographique. 

Les entreprises de bâtimentqui relèvent du Régime Simplifié d’Imposition (RSI) bénéficient de mesures d’allègement comptable : c’est la comptabilité simplifiée.

Pour en bénéficier, l’entreprise doit réaliser un CA inférieur à :

  • 247 000 euros pour les prestataires de services
  • 818 000 euros pour les activités d’achats et ventes

Les mesures d’allègements peuvent concerner par exemple la dispense d’annexe ou la présentation simplifiée du bilan et du compte de résultat. 

Régime fiscal des micro entrepreneurs 

Les micro-entrepreneurs doivent respecter des obligations comptables, qui restent malgré tout assez simples et relativement légères.

Vous lancez votre entreprise ? Découvrez le logiciel de gestion le plus simple !
Découvrez Neofacture, le logiciel de comptabilité et facturation le plus simple pour les entrepreneurs. Idéal pour lancer votre activité, vous pouvez faire très rapidement vos devis et factures, suivre vos dépenses et exporter votre comptabilité. Ergonomique et facile à prendre en main, il est parfaitement adapté aux entrepreneurs. Testez-le gratuitement ici.

Ce régime fiscal simplifié ne peut cependant pas être adopté par toutes les entreprises, car il ne s’applique qu’aux structures ne dépassant pas 72 500 euros de chiffres d’affaires en prestations de services, ou 176 200 euros en activités commerciales.

Les micro-entreprises ont donc droit à une comptabilité super-simplifiée et bénéficient donc de dispenses (bilan, comptes de résultat, et annexes comptables) et d’allègements comptables.

Elles pourront ensuite passer sous le régime simplifié et à la comptabilité de trésorerie si leur chiffre d’affaires dépasse le seuil autorisé en “comptabilité super simplifiée”.

Cette comptabilité étant allégée, le chef d’entreprise pourra la réaliser lui-même, grâce à un bon logiciel de comptabilité.

La comptabilité des artisans comporte tout de même des obligations, comme : 

  • émettre des factures et des devis. Ces documents comptables permettent à la fois de formaliser la vente et de protéger les deux acteurs ; 
  • tenir un livre des recettes qui va permettre de répertorier l’ensemble des recettes annuelles de l’entreprise. De nombreux logiciels comptables permettent de tenir à jour facilement un livre de recettes. L’administration fiscale pouvant le réclamer en cas de contrôle, il ne faut surtout pas le négliger ; 
  • ouvrir un compte bancaire dédié à son activité. Cela permet de bien distinguer les transactions professionnelles de celles personnelles et de limiter les fraudes. Le compte professionnel n’est pas obligatoire, un compte courant fait très bien l’affaire. 

Bon à savoir : Le registre des achats n’est obligatoire qu’à partir du moment où l’auto entreprise passe en régime simplifié.

Plan comptable des entreprises BTP

Le plan comptable général est un document qui permet d’enregistrer chaque mouvement de caisse propre à une entreprise.

Le plan comptable professionnel du BTP diffère un peu du plan comptable général. Il possède des comptes spécifiques au métier, et adapte également certains libellés. 

Exemples de comptes spécifiques au plan comptable du BTP : 

  • 412 : clients- créances garanties par paiement direct ; 
  • 4454 : TVA payée sur avances et acomptes reçus.

Exemples de libellés adaptés : 

  • compte 2154 : matériels – engins et gros outillage ;
  • compte 401 : fournisseurs et sous-traitants ; 
  • compte 418 : clients – produits non encore facturés et correctifs sur demandes d’acomptes.

Comptabilisation des dépenses et recettes d’un chantier 

Les recettes d’un chantier 

Les prestations de services des entreprises du BTP ont la grande particularité de s’échelonner sur plusieurs exercices.

Si nous prenons l’exemple de la construction de logements, elle s’étale souvent dans le temps, et sera donc soumise à des règles bien précises en termes de comptabilité. C’est ce qu’on appelle “les contrats long terme”, qui pourront bénéficier de deux traitements comptables différents : 

  • la méthode à l’achèvement : le résultat d’un chantier est comptabilisé à la fin de ce dernier et non durant l’exécution du contrat. De la même manière, à la clôture d’un exercice, il peut exister des encours (de production ou de services) qui vont venir neutraliser les charges indiquées dans les comptes de l’année ;  
  • la méthode de l’avancement : c’est la méthode la plus privilégiée par la profession. Dans cette méthode, le bénéfice prévu est lissé sur toute la durée du contrat et du chantier, en fonction de son degré d’avancement. Une marge est prévue dans les comptes chaque année. 

Les dépenses relatives aux chantiers 

Les dépenses d’une entreprise en bâtiment sont diverses et variées et peuvent concerner l’achat de véhicules, de marchandises, de matières premières ou encore la location de matériel industriel.

Pour enregistrer ces écritures, différents comptes seront débités, et d’autres crédités en contrepartie.

Par exemple, si nous prenons un achat de véhicules :

  • les comptes “2182 – matériel de transport”, et “44562 – TVA déductible sur immobilisations » seront débités ;
  • le compte “404 – fournisseurs d’immobilisations” sera crédité. 

Si nous prenons une location de matériel de transport :

  • les comptes “6135 – locations mobilières”, et “445661 – TVA déductible sur autres biens et services” seront débités ;
  • le compte “401 – fournisseurs et sous-traitants” sera quant à lui crédité ;
  • les comptes 6061, 6064, 6155 seront utilisés pour les autres dépenses, telles que les dépenses en carburant, les achats de fournitures de bureau ou l’entretien des machines. 

Comment faciliter la tenue de la comptabilité de son entreprise BTP ?

Pour faciliter la tenue de sa propre comptabilité, il est conseillé de mettre en place une bonne organisation. Il est donc préférable de ne pas se laisser dépasser, de ranger et de classer au fur et à mesure les différents documents. 

Cependant la fiscalité évolue constamment, et il faut donc pouvoir se tenir informé des changements et connaître la législation, ce qui n’est pas facile.

C’est pourquoi il vaut parfois mieux confier cette tâche à un cabinet comptable ou à un expert-comptable inscrit au tableau de l’ordre. Il est possible de lui demander d’effectuer tout ou une partie de la saisie comptable. 

Faire appel à un expert-comptable engendre un coût non négligeable. Si vous ne souhaitez pas faire appel à un professionnel de la comptabilité, ou si vous ne pouvez pas vous le permettre, vous pouvez aussi la réaliser vous-même. Pour cela, il existe des logiciels de comptabilité gratuits, à télécharger sur Internet, qui pourront vous aider et vous faciliter la tâche. 

Enfin, vous pouvez toujours vous former. Il existe en effet des formations pour apprendre à piloter et à gérer la comptabilité de sa structure. Pour cela, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des chambres des métiers et de l’artisanat qui proposent des formations sur-mesure. 


La comptabilité d’une entreprise BTP n’est pas une mince affaire pour un néophyte. Les obligations comptables sont nombreuses et diffèrent en fonction de la forme de l’entreprise et de son régime d’imposition. C’est pourquoi le recours à un expert-comptable peut être un choix judicieux pour effectuer la comptabilité d’une entreprise du BTP. Cela vous permettra de vous recentrer sur votre cœur de métier (suivi de chantiers, gestion du personnel, recherche de nouveaux chantiers, etc.) et d’être plus serein.

Facturer en tant qu’auto entrepreneur ou micro entrepreneur ? Rien de plus simple avec Neofacture.Facture auto entrepreneur micro entrepreneur

Pour bien suivre votre activité et surtout réaliser votre facturation dans les meilleures conditions, Neofacture vous propose un service en ligne simple et efficace, il existe une formule à partir 7 € ttc par mois… Testez gratuitement Neofacture !