BONNES FEUILLES// Les demandeurs d’emploi qui deviennent microentrepreneurs peuvent bénéficier de différentes modes d’indemnisation. Voici comment choisir…

Pour les demandeurs d’emploi ayant un projet précis en tête ou même une idée à tester, le régime du micro-entrepreneur peut être un formidable atout pour rebondir rapidement. Les formalités administratives sont réduites au maximum et ne coûtent rien. Vous n’avez pas besoin de capital pour vous lancer dans des activités qui ne réclament pas d’investissement. La gestion sous ce régime est des plus simples. Quant aux charges sociales, elles ne seront à payer qu’au prorata de ce que vous encaisserez. Bref, créer une entreprise qui ne nécessite pas d’investissement s’avère sans risque et sans difficulté sous le régime de la microentreprise.

Seule nécessité : consacrer son temps non plus à la recherche d’un emploi, mais à celle de clients . Et si finalement vous retrouvez une activité salariée, fermer votre microentreprise ne vous coûtera ni effort, ni argent. […] En tant que demandeur d’emploi, les risques sont d’autant plus limités que vous bénéficiez d’un soutien important. Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour vous aider dans votre projet et éventuellement vous soutenir financièrement.

Choisir son indemnisation

Inscrit à Pôle emploi, si vous comptez vous lancer en tant que microentrepreneur, vous devez en informer votre antenne préalablement. C’est non seulement dans votre intérêt pour décrocher les aides disponibles, mais avant tout une obligation. Vous devenez chômeur créateur d’entreprise. […]

Si vous êtes indemnisé au titre de l’ aide au retour à l’emploi (ARE) , la création de votre microentreprise a un impact sur votre indemnisation. La conséquence est toutefois de nature différente en fonction du coup de pouce de Pôle emploi que vous solliciterez. En effet, les demandeurs d’emploi qui bénéficient de l’allocation ARE ont le choix entre deux dispositifs : l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) et le maintien partiel des allocations. Si la dénomination du second est explicite, le premier dispositif consiste à vous verser une partie de vos indemnités au démarrage de l’entreprise.

L’ARCE

Certains bénéficiaires l’appellent la « capitalisation ». De fait, l’ARCE s’apparente au versement d’un capital qui vous permet de faire face à d’éventuels investissements. Le montant total correspond à 45 % des indemnités nettes qu’il vous reste à percevoir à la date du début de votre activité. Cette somme vous est versée en deux fois : une moitié à la création de l’entreprise et l’autre moitié six mois après le début de l’activité. […]

Vous lancez votre entreprise ? Découvrez le logiciel de gestion et facturation le plus simple !
Découvrez Neofacture, le logiciel de facturation le plus simple pour les entrepreneurs. Idéal pour lancer votre activité, vous pouvez faire très rapidement vos devis et facture, suivre vos dépenses et exporter votre comptabilité. Ergonomique et facile à prendre en main, il est parfaitement adapté aux entrepreneurs. Testez-le gratuitement ici.

Cette aide est soumise à une condition. Vous devez être bénéficiaire de l’ARE ou de l’ASR (allocation spécifique de reclassement), ou sur le point de l’être. […] Vous pourriez vous demander pourquoi Pôle emploi ne vous verse au final que 45 % de vos droits restants. C’est en quelque sorte un filet de sécurité pour vous. En effet, si vous veniez à fermer votre entreprise et à vous réinscrire à Pôle emploi dans un certain délai, vous bénéficieriez du restant de vos droits. Ainsi, à la fin de votre activité, vous ne seriez pas totalement dépourvu de ressources. […]

Maintien partiel des allocations

Plutôt que de percevoir le montant d’une partie de vos droits sous la forme de versement d’un « capital », vous pouvez opter pour le maintien partiel de vos allocations. Ainsi, chaque mois, tout ou partie de votre allocation vous est versé. Cette mensualisation vous permet de gérer plus facilement votre budget quotidien. Vous percevez vos allocations tant que vous avez des droits.

L’allocation mensuelle que vous verse Pôle emploi est ajustée en fonction du revenu professionnel. Celui-ci équivaut au chiffre d’affaires encaissé diminué d’un abattement forfaitaire lié au type d’activité : 71 % pour les commerçants, 50 % pour les prestations de service ou 34 % pour les professions libérales.

Cette allocation mensuelle est calculée selon le nombre de jours indemnisables. En cas de chiffre d’affaires nul, ce nombre correspond à la totalité des jours du mois. En cas de chiffre d’affaires encaissé, il est calculé un certain nombre de jours indemnisables. Ce nombre équivaut à la division de l’allocation mensuelle (à laquelle est retranché 70 % du revenu professionnel) par l’allocation journalière. Retenez que les versements d’allocation s’arrêtent quand vos droits ARE sont épuisés.