Afin de renforcer les garanties de sécurité et d’intégrité de leurs données de facturation, notamment en cas de contrôle fiscal, les entreprises devront pouvoir justifier de l’utilisation d’un logiciel officiellement agréé dès 2018. A défaut, une attestation du concepteur du logiciel pourra cependant suffire, en principe, à dégager votre responsabilité.

LOGICIELS DE FACTURATION : UN AGRÉMENT BIENTÔT OBLIGATOIRE !

L’article 38 de la loi de Finance pour 2016 a introduit une nouvelle norme, passée relativement inaperçue à l’époque, en matière de logiciel de facturation à l’usage des entreprises et des professionnels. Retranscrit dans le nouvel article 286, I, 3° bis du code général des impôts, le texte impose à l’ensemble des entreprises assujetties à la TVA de recourir à un logiciel de facturation ou à un système de caisse agréé à partir du 1er janvier 2018. L’agrément vise à garantir les « conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage » de l’ensemble des informations de facturation du professionnel.

Cette nouvelle obligation ne vient pas de nulle part, et constitue la dernière initiative des autorités pour lutter contre le problème des recettes dissimulées, encaissées en espèces afin d’échapper au paiement de la TVA et/ou de l’impôt sur les bénéfices. Le ministère des Finances, dans un avis BOFIP en date du 3 août 2016, a même pointé une aggravation récente du phénomène, du fait de la diffusion des nouveaux logiciels « frauduleux ou permissifs » proposant des fonctionnalités illégales, comme par exemple l’effacement de certaines recettes ou même la reconstitution fictive de tickets de caisse.

Comme indiqué plus haut, l’obligation ne s’appliquera que pour les entreprises assujetties à la TVA. Les professionnels bénéficiant d’un régime en franchise de TVA, et notamment tous ceux qui relèvent du régime de la micro-entreprise, ne sont donc pas concernés.

Vous lancez votre entreprise ? Découvrez le logiciel de gestion le plus simple !
Découvrez Neofacture, le logiciel de comptabilité et facturation le plus simple pour les entrepreneurs. Idéal pour lancer votre activité, vous pouvez faire très rapidement vos devis et factures, suivre vos dépenses et exporter votre comptabilité. Ergonomique et facile à prendre en main, il est parfaitement adapté aux entrepreneurs. Testez-le gratuitement ici.

QUELLE FORME POURRA PRENDRE L’AGRÉMENT ?

En pratique, la loi prévoit que le chef d’entreprise a la possibilité de présenter deux formes d’agrément de son logiciel de facturation en cas de contrôle de l’administration fiscale :

  • Le logiciel peut tout d’abord avoir reçu un « certificat ». Ce certificat ne peut être délivré, après contrôle, que par un organisme tiers et dûment accrédité pour le faire, conformément aux dispositions de l’article L115-28 du code de la consommation. Dans ces conditions, l’utilisateur du logiciel doit simplement s’assurer de l’existence d’un tel certificat auprès de l’éditeur, et ne pourra pas être inquiété.
  • A défaut, vous devrez solliciter a minima auprès de l’éditeur du logiciel une « attestation ». Par cette attestation, l’éditeur engage formellement sa responsabilité sur le respect des normes légales en matière d’intégrité, de sécurisation et d’archivage des données de facturation.
  • Dans un premier temps, les logiciels certifiés seront sans doute peu nombreux. C’est la raison pour laquelle l’administration fiscale met à la disposition des éditeurs de logiciels un modèle d’attestation individuelle, librement accessible.

QUELLES SANCTIONS EN CAS DE NON-RESPECT DE L’OBLIGATION ?

Si le chef d’une entreprise assujettie à la TVA est incapable de justifier de l’agrément du logiciel de facturation ou du système de caisse qu’il utilise, il encourt une peine d’amende pouvant aller jusqu’à 7500€. Attention toutefois : cette somme, déjà très conséquente, s’entend « par logiciel de comptabilité ou de gestion ou système de caisse ». Si vous utilisez plusieurs logiciels non conformes, attendez-vous donc à une peine d’amende multipliée en conséquence ! Un exemple peut être le recours à un système de caisse non agréé en magasin, doublé d’un logiciel de facturation non agréé pour vos ventes par correspondance : dans une telle situation, vous encourez jusqu’à 15 000€ d’amende au total.

Ne comptez pas sur le préavis avant un contrôle pour vous mettre en conformité à la dernière minute. Les agents de l’administration fiscale sont libres de se présenter de manière inopinée pour vérifier le respect de vos obligations en la matière (article L80-O du livre des procédures fiscales).

Facturer en tant qu’auto entrepreneur ou micro entrepreneur ? Rien de plus simple avec Neofacture.Facture auto entrepreneur micro entrepreneur

Pour bien suivre votre activité et surtout réaliser votre facturation dans les meilleures conditions, Neofacture vous propose un service en ligne simple et efficace, il existe une formule à partir 7 € ttc par mois… Testez gratuitement Neofacture !