Selon l’Afnic, 70 % des dirigeants TPE/PME jugent qu’avoir un site internet et/ou être sur les réseaux sociaux est indispensable mais seulement 46 % voient leur présence en ligne utile à leur activité.

2/3 des TPE/PME sondées par l’Afnic consacrent moins de 300 €/an et la moitié y passent moins d’1 heure par semaine. © Adobe Stock

Là parce qu’il faut y être, la plupart des TPE/PME se limitent aux niveaux de présence en ligne les plus basiques. Si le web comme levier business est connu et reconnu, le peu d’investissements et le manque de résultats concrets découragent les « petits » patrons. Les résultats de la deuxième édition de l’étude « Réussir avec le web » de l’Afnic dévoilée le 9 décembre dernier révèlent les freins au dé-clic.

La visibilité avant tout

Se présenter (63 %), être trouvé (48 %), communiquer avec les prospects ou les clients (40 %) et vendre en ligne (36 %). Recherchant principalement la visibilité, les TPE/PME misent davantage sur une présence sur les réseaux sociaux (79 %) plutôt que sur un site web (69 %). Or, « contrairement aux idées reçues, les réseaux sociaux ne suffisent pas, explique Pierre Bonis, directeur général de l’Afnic, beaucoup de TPE/PME qui sont présentes uniquement sur les réseaux sociaux auraient tout à gagner à disposer d’un site web, sans pour autant abandonner leur dispositif actuel. »

Surtout lorsque ceux-ci ne sont pas suffisamment exploités. 67 % des répondants déclarent ne mener aucune action de publicité en ligne et 73 % affirment ne pas avoir mis en place un planning de publication. 77 % des sondés estiment de toute façon que le temps investi sur les réseaux sociaux n’est pas rentable pour leur entreprise. Une action passive qui s’explique notamment par un retour sur investissement (ROI) invisible : 60 % ne savent pas quelle part de leur CA est réalisée grâce à internet.

Vous lancez votre entreprise ? Découvrez le logiciel de gestion et facturation le plus simple !
Découvrez Neofacture, le logiciel de facturation le plus simple pour les entrepreneurs. Idéal pour lancer votre activité, vous pouvez faire très rapidement vos devis et facture, suivre vos dépenses et exporter votre comptabilité. Ergonomique et facile à prendre en main, il est parfaitement adapté aux entrepreneurs. Testez-le gratuitement ici.

Sortir du cercle vicieux

Un ROI difficilement décelable notamment parce que les investissements humains et financiers des TPE/PME restent faibles. Si la grande majorité d’entre elles ont sauté le pas en s’inscrivant sur les réseaux sociaux ou en se dotant d’un site web, près des 2/3 y consacrent moins de 300 €/an et la moitié y passent moins d’1 heure par semaine. Résultats : 62 % de ceux qui ont un site web ne le mettent à jour qu’une fois par mois et seule une minorité (39 %) ont recourt à des contenus à « valeur ajoutée » (articles de blog ou témoignages clients par exemple).

« Ces freins empêchent la plupart du temps l’amorçage d’un cercle vertueux qui à partir d’un certain niveau d’investissements réalisés en lien avec la stratégie de l’entreprise, apporterait des bénéfices concrets, expliquent les auteurs de l’étude, on constate que la culture des entreprises est encore très ancrée dans le monde réel. » D’ailleurs, comme un symbole, 84 % des répondants utilisent leurs cartes de visite et autres documents papiers pour faire connaître leur adresse internet.

Matthieu Barry

Étude « Réussir avec le web » de l’Afnic – association en charge des noms de domaine en .fr – analysant la présence en ligne de 3 000 TPE/PME sur tout le territoire.