Après avoir suivi et validé votre cursus, vous voilà enfin prêt à pratiquer les soins énergétiques. Que vous soyez certifié en shiatsu ou en reiki, vous allez devoir passer par un certain nombre d’étapes avant de pouvoir accompagner vos premiers clients. Quel statut juridique dois-je choisir ? 

L’assurance RCP est-elle obligatoire pour exercer ? Comment déterminer le prix de mes séances ? Et surtout, comment faire pour remplir mon agenda de rendez-vous ? En suivant ce mode d’emploi, vous réussirez à ouvrir un cabinet de praticien en shiatsu ou en reiki en toute sérénité. 

Étape 1 : Réaliser les démarches administratives pour être immatriculé

Pour exercer en France, il est obligatoire d’être immatriculé, c’est-à-dire d’avoir un numéro de SIRET. 

Pour ce faire, il faut choisir un statut juridique qui encadrera votre future activité de reiki ou de shiatsu. Il en existe plusieurs : EURL, SARL, SAS, etc. Mais la plupart des praticiens en développement personnel, et tout particulièrement ceux qui travaillent sur l’approche énergétique, optent l’auto-entreprise.

En effet, l’auto-entreprise, ou micro-entreprise, a de nombreux atouts :

  • Elle est simple et rapide à créer : tout se fait en ligne ;
  • Elle n’est sujette qu’à très peu d’obligations comptables : seule la tenue d’un journal des encaissements est nécessaire ;
  • Elle est soumise à des charges sociales proportionnelles au chiffre d’affaires engendré : si vous ne travaillez pas pendant un mois, vous n’aurez rien à débourser.

Quant aux inconvénients, ils restent minimes : 

  • Elle impose un plafond de chiffre d’affaires limité à 72 500 € par an ;
  • Elle ne permet pas de déduire ses charges : il vous sera donc impossible de déduire de votre CA le montant de votre loyer ou de votre matériel ;
  • Elle n’est pas séparée de votre patrimoine personnel : si vous contractez des dettes dans le cadre de votre activité, les créanciers peuvent utiliser vos biens personnels pour se rembourser ; 
  • Elle n’est pas compatible avec certains emplois : les fonctionnaires par exemple ne peuvent pas ouvrir d’auto-entreprise.

Si ce statut d’auto-entrepreneur vous parait adapté à votre situation, rendez-vous sur le site de l’URSSAF Autoentrepreneur(https://www.autoentrepreneur.urssaf.fr/portail/accueil.html) pour faire votre demande. Une fois les documents complétés en ligne et une pièce d’identité transmise, il ne vous restera qu’à patienter quelques semaines pour recevoir votre précieux SIRET.

Bon à savoir : Si vous souhaitez bénéficier d’une exonération partielle de vos charges sociales, vérifiez votre éligibilité à l’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise).

Étape 2 : Souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP)

En France, les métiers de praticien de reiki ou de shiatsu ne sont pas réglementés et ne nécessitent pas la souscription d’une assurance professionnelle. Cependant, afin de vous protéger, ne faites pas l’impasse sur cette garantie : elle pourrait vous être particulièrement utile en cas de dommages corporels pendant vos séances.

Du fait des prix pouvant considérablement varier, mieux vaut faire établir plusieurs devis. Contactez donc 3 ou 4 compagnies d’assurance (dont la vôtre !) avant d’arrêter votre choix.

Le bon plan : Le Syndicat National des Praticiens et Enseignants du Reiki propose une assurance RCP pour 90 € l’année (de janvier à décembre) ou au prorata à 7,50 €/mois pour ses adhérents.

Quant à la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel, elle a pu négocier un tarif à 95 € pour les praticiens adhérents.

Étape 3 : Trouver un endroit pour accueillir les clients

Pour ouvrir un cabinet de praticien de reiki ou de shiatsu et vivre de son activité, encore faut-il avoir déniché l’endroit parfait pour exercer ! 

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • La location avec bail commercial : à l’instar d’un logement en location, vous êtes ici (presque) chez vous. Vous vous engagez à verser un loyer mensuel en échange d’un local que vous pourrez aménager comme bon vous semble et où vous pourrez laisser votre futon ou votre table de massage. Vous trouverez de nombreuses propositions sur les sites spécialisés tels qu’Annonces Paramédicales ou Le Bon Coin.
  • La mise à disposition d’espace : c’est la solution idéale si vous ne voulez pas commencer votre activité avec une charge locative qui tombe tous les mois (y compris ceux où vous n’avez que très peu de clients). Avec ce système, tout le monde est gagnant. Le praticien propose son cabinet durant ses absences et reçoit une rémunération. Quant à vous, vous payez uniquement le temps que vous passez dans le local, que ce soit une heure, une demi-journée, une journée complète ou la semaine.

À noter : Certains praticiens de reiki ou de shiatsu décident de réaliser leurs séances chez eux ou au domicile de leurs clients. Mais ce n’est pas forcément le bon plan. En effet, dans le premier cas, vous devrez prévoir une pièce totalement dédiée à cet effet dans votre habitation et respecter la législation en matière d’accessibilité. Dans le second cas, attention aux frais supplémentaires comme l’essence !

Étape 4 : Déterminer le prix des séances

Fixer le prix de sa consultation de reiki ou de shiatsu est loin d’être facile, surtout lorsque c’est la première fois que l’on se lance à son compte. Il faut donc faire preuve d’un maximum d’objectivité et vous appuyer sur certains critères comme :

  • Le budget de votre client cible ;
  • La localisation de votre cabinet ;
  • Votre niveau d’expertise et de connaissances ;
  • Les tarifs pratiqués par la concurrence près de chez vous.

 

Étape 5 : Dénicher les premiers clients

À présent, il est temps de se plonger dans la partie commerciale de votre activité. Certes, beaucoup de praticiens de reiki et de shiatsu ont un peu de mal à « se vendre » et peut-être est-ce aussi votre cas. Mais rassurez-vous, il existe forcément une action à mettre en place qui vous permettra d’obtenir des résultats sans stress ! 

En voici quelques-unes :

  • Soyez visible sur Internet : chercher un praticien sur Google c’est le premier réflexe d’innombrables clients, alors prenez le temps de remplir votre fiche Google My Business, de créer un site vitrine et une page Facebook.
  • Pensez aux annuaires : les Pages jaunes semblent tellement obsolètes qu’on tend à les oublier. Pourtant, de nombreuses personnes se servent des annuaires en ligne. Par conséquent, inscrivez-vous sur DoctoLib, Médoucines.
  • Mettez en place un atelier gratuit : les approches énergétiques n’étant pas encore très connues en France, il est important d’éduquer les potentiels clients. En leur permettant de tester gratuitement, vous les rassurez sur le sérieux de votre méthode et pourrez les conquérir !
  • Imprimez des flyers et des cartes de visite : c’est facile, rapide et pas cher ! Comptez quelques dizaines d’euros et emportez-les partout durant vos démarchages.
  • Pensez aux autres professionnels : qu’ils soient dans le domaine du médical, du paramédical ou du développement personnel, ils pourraient être amenés à vous envoyer certains de leurs patients ou clients. Expliquez-leur tous les bienfaits et champs d’application de votre discipline et bien évidemment… laissez-leur votre carte de visite !

Et surtout, faites preuve de patience ! Établir sa clientèle demande environ 2 ans, le temps que le bouche-à-oreille fasse tout son effet.

Source : home.zen-people